Archives par mot-clé : décennale cuisiniste

Décennale cuisiniste: cas d’indemnisation

Dans cet article, nous montrerons bien évidemment l’importance d’une décennale cuisiniste, non pas par le fait qu’elle soit obligatoire mais parce qu’évidemment elle protège un client en cas de réparation de préjudice mais aussi le professionnel.
En effet, un vice de montage peut génèrer une indemnisation lourde pour un client face auquel ce dernier ne pourrait faire face sans couverture.

Comme d’habitude, afin d’alléger l’article, nous appelerons décennale cuisiniste la couverture obligatoire, nommée habituellement responsabilité civile professionnelle et
décennale cuisiniste.
Egalemement, afin de comprendre le cheminement de cette prise en charge de sinistre, nous en décrirons le contexte, le chantier dans son ensemble et évidemment, le montage de la cuisine pour en conlure par le vice de montage et les conséquences en cascade qu’il engendre.

Le cahier des charges:

Nous sommes en mai 2012, un couple propriétaire d’une maison décide de refaire tout le rez de chaussée de leur maison de campagne.
Celle-ci est constituée de deux étages : le premier est composé de pièces toutes indépendantes les unes des autres, à savoir, un cuisine, une salle à manger,
un petit salon et un bureau.
Le deuxième étage, quant à lui ne contient que des chambres et une salle de bain.

Le souhait des clients : leurs enfants ayant quitté la maison, ils souhaitent optimiser les espaces.
Ils veulent alors ouvrir complètement le rez de chaussée afin d’en faire uniquement une cuisine ouverte sur un grand salon, modernisant l’ensemble et offrant plus d’espace.
Le bureau remplaçant alors une chambre à l’étage.

Ils décident alors de faire appel à différents artisans de plusieurs corps d’état, à savoir un maçon qui va ouvrir l’ensemble des pièces et casser les cloisons, un plaquiste et peintre pour habiller les murs, un plombier pour les arrivées d’eau de la nouvelle cuisine, un électricien, la configuration de l’installation éléctrique évoluant quelque peu et enfin un cuisiniste suivi d’un carreleur pour le sol.

Bien évidemment, les maîtres de l’ouvrage ont préalablement vérifié la possession de l’assurance obligatoire de chacun des professionnels, notamment la décennale cuisiniste.

Les travaux:

Une réunion de chantier se tient début juin afin de définir un planning et coordonner au mieux le projet.

Le maçon, commence l’ouverture du rez de chaussée en cassant toutes les cloisons.
Il place les étais afin de positionner les renforts nécessaires en remplacement des murs porteurs.
La structure est alors ouverte et consolidée. Interviennent ensuite les électricien et plombier.

L’électricien le premier, car la disposition des pièces change, et une restructuration de la distribution électrique s’impose.

Le plombier ensuite, simplement pour adapter les arrivées d’eau à la nouvelle cuisine.

Nous sommes mi juillet, le plaquiste, réalisant également la peinture, habillera l’ensemble de plaques de placoplâtre, la maison étant ancienne et les murs non réguliers, cette solution sera jugée la plus simple pour rattrapper les quelques irrégularités des murs.
Le tout sera fini par des bandes et une peinture uniforme.

Le dernier poste est donc l’installation de la cuisine.
Cette dernière, commandée dans une grande enseigne, sera installée par un artisan, sous traitant de celle-ci pour la pose.
Tous les éléments sont fabriqués préalablement, l’installation de l’ensemble ne consiste qu’en la pose des différents éléments constitutifs, la découpe du plan de travail en bois et enfin le collage des joints d’étanchéité.

Il ne reste alors que le sol, qui sera entièrement réalisé par un artisan carreleur avec la pose d’un carrelage uniforme.

En août 2012, l’ensemble est terminé.

décennale cuisiniste.100

L’apparition du sinistre et le prise en charge par la décennale cuisiniste

Quelques mois se passent sans aucun signe de défaut de construction sur l’ensemble du chantier.
Le sinistre apparaît de manière peu banale.

Les propriétaires absents lors son apparition, de retour chez eux se trouvent stupéfaits en poussant la porte d’entrée.

En effet, ils font face à une inondation dans la cuisine, celle-ci à moitié effondrée, accompagnée de dégâts matériels tels que la plaque à induction cassée.

Dans l’urgence, ils parent au plus pressé, coupent l’arrivée d’eau, par sécurité l’électricité, puis, suite à un bon nettoyage et rangement, font appel au cuisiniste.

Aux vues de l’ampleur des dégâts et du coût de préjudice qu’il imagine, il fait appel à son assureur, le couvrant pour sa décennale cuisiniste.

Ce dernier missionne un expert, à cet instant, personne n’a la moindre idée de l’origine de cet incident.
L’expert en assurance s’attarde longuement sur les lieux de sa mission pour finalement déceler une cause infime à l’origine ayant déclenché des évènements en cascade.

décennale cuisiniste.101

En effet, malgré ce que beaucoup pensaient au départ, le problème ne vient ni de la conception des éléments de cuisine, ni de la plomberie.
Au moment de l’assemblage par le cuisiniste, le joint d’étanchéité entre le plan de travail n’était pas posé correctement.
Naturellement, ce lieu régulièrement recouvert d’eau, a laissé s’échapper le liquide, par cette faille vers la cloison en placoplâtre.
Celle-ci, par capillarité, s’est humidifiée jusqu’aux fixations des meubles posés en hauteur (alourdis, comble de la malchance, par un empillement trop important de verres et d’assiettes).

Ces derniers se sont donc effondrés en arrachant les fixations et une partie de la cloison.
La chute de ces éléments relativement lourds ont cassé la plaque de cuisson, ainsi que le robinet un mètre en dessous à l’origine du dégât des eaux.

L’expert missionné par la décennale cuisiniste a évalué, par l’appui de différents professionnels du bâtiment, une réparation s’élevant à 2500€, expertise comprise.
A cela s’ajoutent les conséquences pécuniaires du dégât des eaux, le remplacement d’une nouvelle plaque de cuisson et de l’ensemble des verres et assiettes cassés, au final, ce sinistre coûtera 4300€.

Cette somme sera fournie par l’assurance décennale cuisiniste, et un mois plus tard, le sinistre sera réparé.