Contrat décennale couvreur

Nous vous en parlons régulièrement dans nos blogs, nombre d’artisans ne voient à travers un contrat décennale couvreur qu’une obligation payante pour permettre des chantiers, justifier une attestation auprès d’un client pour permettre l’obtention d’un chantier.

Il en est de même pour nombre de corps de métiers du bâtiment, voire des professions intellectuelles dans ce domaine tels que les maître d’œuvre, architectes ou bureaux d’études.

Nous nous entendons régulièrement dire que sur nombre d’années de pratique, aucun sinistre n’a été à déplorer ou que les problèmes mineurs ont été réglé entre le professionnel et le client sans l’intervention de l’assurance, ce que nous devons reconnaître, est aussi avéré.

contrat décennale couvreur.100

Par contre, en tant que courtiers en assurance et spécialistes de ce type de risque, régulièrement aussi nous sommes face à des sinistres qui auraient pu, sans contrat décennale couvreur ou garantie décennale d’autre professionnels (vous l’aurez compris, nous parlerons précisément de contrat décennale couvreur aujourd’hui) continuer sereinement leur activité, ou tout simplement arrêter leur activité et se mettre dans une situation financière critique.

Un sinistre ponctuel nécessitant une petite réparation, effectivement, se règle aisément de manière amiable, l’artisan répare ce dernier à moindre frais, mais pour ce qui est d’un sinistre ayant par exemple des conséquences en cascade sur les autres corps de métiers ou sur une partie de bâtiment existante nécessitant d’autre corps de métiers peut engendrer un préjudice extrêmement coûteux.

Un contrat décennale couvreur ou autre, peut facilement se transposer à un contrat d’assurance automobile.
Quel assureur n’a jamais entendu un client dire « je n’ai jamais eu d’accident, je paye trop cher ».
Nous pourrions aussi penser que certains jugent ne pas avoir d’accident et donc ne pas avoir besoin de s’assurer pour rouler.
Il est vrai que pour nombre de conducteurs, l’accident est plutôt rare, et qu’un tout petit sinistre peut se régler facilement, d’autant plus qu’une compagnie d’assurance, bien souvent fait jouer une franchise avant d’intervenir et d’indemniser.

Cette façon de voir est statistique et malheureusement s’écarte quelque peu de la réalité et ne prend pas en compte l’accident, qui lui aussi, peut avoir de lourdes conséquences pour le conducteur et un tiers, dans ce cas une couverture adéquate est primordiale.

Revenons à notre exemple du jour: un contrat décennale couvreur protégeant un artisan l’ayant souscrit et amené à l’utiliser suite à une erreur professionnelle.

Afin de visualiser et comprendre le déclenchement de l’intervention de ce contrat décennale couvreur, nous présenterons dans un première partie le chantier, puis dans une seconde, le sinistre et le déroulement de la prise en charge de la compagnie tenante de ce contrat.

contrat décennale couvreur.101

Les travaux

Un jeune propriétaire a pour projet d’acheter une petite maison de ville comportant quelques travaux, notamment au niveau de la toiture.

Nous ne détaillerons pas les démarches de revente de son ancien bien ainsi que celles d’acquisition du nouveau, mais attardons nous dans un premier temps sur les travaux.

La maison en question nécessite, selon ce propriétaire un léger rafraichissement en intérieur, mais surtout une réfection complète de la toiture.
Pour cela, ce propriétaire fait appel à divers artisans, un premier concernant les différents travaux intérieurs, exerçant tous corps de métiers en rénovation, puis un couvreur.

Celui-ci demande comme il se doit les attestations d’assurance de chacun d’entre eux dont le contrat décennale couvreur.

Les travaux débutent alors, à commencer par divers tâches de rénovation intérieure: pose de cloisons, peinture et pose de sol, puis la dépose de la toiture en extérieur et la repose d’une toiture.

L’artisan en question décide, dans un souci d’économie, de ne pas toucher à la charpente, pais uniquement de remplacer les tuiles constituant l’étanchéité du toit.
Au terme de deux semaines, les travaux sont terminés.

Le contrat décennale couvreur

Les semaines passent suite à ces travaux, et déjà des traces d’humidité apparaissent sur les peintures et les plaques de placoplâtre fraichement posé.

Le jeune propriétaire s’interroge et décide de contacter l’artisan à l’origine des travaux de toiture. ce dernier, en toute honnêteté, avoue un défaut d’étanchéité sur le toiture déclenchant une fuite et engendrant ces traces d’eau en dessous de la toiture.

Aux vues de l’ampleur des travaux de réparation: réfection du toit et des plaques et peinture en dessous du toit, l’artisan conseille au propriétaire de faire marcher son contrat décennale couvreur.

contrat décennale couvreur.102

Suite à cela, un expert se rend sur les lieux et constate effectivement le sinistre et ses causes précises.
Le toit est effectivement non étanche, mais surtout, il est posé sur un charpente trop vieille, déformée, engendrant un non alignement des tuiles posées sur celle-ci et empêchant une bonne étanchéité.

Le bilan de cette expertise impose une réfection totale du toit, à savoir, la dépose de l’ensemble des tuiles, la dépose de la charpente, la pose d’une nouvelle charpente et enfin de nouvelles tuiles.

De plus, les conséquences de ce sinistre imposent également la réparation des conséquences de ce défaut de toiture, c’est à dire la dépose des plaques de placoplâtre endommagées, puis la pose de nouvelles à remettre ensuite en peinture.

Bilan de ce sinistre que le contrat décennale couvreur prendra en charge: 12 500 euros de réparation dont une franchise de mille euros dont s’acquittera l’artisan à l’origine de ce sinistre.